Hand’ensemble – 10e édition – Versailles 06/02/2020

le jeudi 6 février 2020 à Versailles, au gymnase Montbauron, aura lieu le 10e anniversaire de la journée Hand’Ensemble, consacrée au handicap et à l’inclusion

Plusieurs événements consacrés au sujet jalonnent la saison 2019-2020 dont cette journée

Ce jeudi sera placé sous le signe de l’échange et de l’inclusion pour ces jeunes issus des IME du département des Yvelines et d’Île-de-France et d’une classe de collège de Versailles. Ils étaient 123 participants l’année passée, ils devraient être 150 pour cette nouvelle édition. 

« Nous avons commencé avec une vingtaine de jeunes. Nous en rassemblons aujourd’hui près de 150. Cette journée et l’ensemble des projets associés sont l’occasion pour ces jeunes de se rencontrer, de partager des moments de convivialité, d’apprendre des autres, de se respecter. Il n’y a pas de compétition. Les faire jouer ensemble est notre seul objectif. Et les jeunes apprécient. Ils sont heureux de se retrouver ensemble et de gommer grâce au sport leurs différences » , se réjouit Jean-Yves Badin, éducateur sportif à l’Institut médico éducatif « Le Bel Air » du Chesnay (IME)

handball-cdhby-frise-logos-partenaires

L'ANVE

handball-cdhby-annick-bouquet
Annick Bouquet, Présidente de l'ANVE

Partenaire du projet

L’Association Nouvelle du Vivre Ensemble

Pouvez-vous présentez votre association en quelques mots ?

L’Association Nouvelle du Vivre Ensemble  a pour objet de favoriser le développement, l’intégration et l’insertion de personnes en situation de handicap quelles qu’elles soient le handicap (psychique, sensoriel, physique, mental, social…), d’organiser des événements et de mener toute action contribuant à cette inclusion notamment en privilégiant autant que faire se peut le Vivre Ensemble c’est-à-dire la mixité entre valides et non-valides.

L’ANVE organise notamment depuis 11 ans les Olympiades du Vivre Ensemble qui rassemblent plus de 1 400 participants, valides et non valides (dont près de 850 personnes en situation de handicap), en participant à des épreuves mixtes dans 25 disciplines sportives (athlétisme, rugby, l’escrime, escalade, piscine, parcours gymnique, tennis de table, handball, basket, handbike, équithérapie …). La convivialité, la joie de partager sont, ce jour-là, de rigueur et le handicap, à travers la découverte de certaines spécificités sportives qui lui sont associées, est une raison de plus d’apprendre à bien « vivre ensemble ».

Que pensez-vous de la journée handensemble ? Pourquoi y participez-vous ? Quel bénéfices en retirent les participants ?

Je suis convaincue que le handicap va nous réapprendre à Vivre Ensemble, car face à une personne en situation d’handicap on va vouloir l’aider et pour cela on va aller vers elle, on va essayer de comprendre son handicap car on ne se comporte pas de la même façon si la personne est en fauteuil, mal voyant ou handicapée mental… Pour cela il faut être à l’écoute,  s’oublier puis pour l’aider mettre son pas dans son pas, s’adapter à lui. A la fin très souvent on va se sentir fier et surtout ce moment nous aura permis de comprendre que cette personne en situation d’handicap est une personne comme une autre. La journée HandEnsemble s’inscrit parfaitement dans cet esprit et permet de développer l’esprit du « vivre ensemble » à travers le sport et ses valeurs, quel que soit l’âge, le milieu social, ou le handicap des participants. Et l’Association Nouvelle du Vivre Ensemble est ravie de soutenir et participer à et événement.

handball-cdhby-anve-logo

Quelle est votre vision du handicap en France ? Est-ce que nous pouvons faire plus et comment ?

La vision du  handicap en France a évolué de façon positive depuis quelques années. Mais il y a encore beaucoup de choses à faire plus particulièrement sur l’inclusion dans les associations sportives, sur le fait que les personnes non valides ont droit à la pratique du sport, et pourquoi pas tout type de sport en améliorant l’accessibilité, être plus créatif sur le matériel, mieux informer et communiquer auprès du public non valide sur le fait que beaucoup plus de sports que l’on pense leur sont accessibles. La journée handensemble fait pleinement partie des manifestations qui y contribuent.

L'ARESSIF

Partenaire du projet

L’A.R.E.S.S.I.F

Pouvez-vous présentez votre association en quelques mots ?

L’ARESSIF : Association pour le Regroupement des Établissements Spécialisés en Ile de France. Elle permet comme l’USEP ou l’UNSS d’organiser des rencontres sportives tout le long de l’année scolaire. Elle regroupe une trentaine d’établissements (IME, ITEP, FAM, ESAT) sur 4 départements de la région parisienne (78, 91, 92, 93).

Que pensez-vous de la journée handensemble ? Pourquoi y participez-vous ?

Le HAND’ENSEMBLE est l’une des journées où la participation est la plus importante, 150 inscrits ces dernières années, au même titre que le Rugby, le Basket, l’Escalade, l’Athlétisme.

Quel bénéfices en retirent les participants ?

Le vivre ensemble, le plaisir, le jeu collectif, faire comme les « autres » dans un beau site sportif …

handball-cdhby-fabrice-grand-mourcel
Fabrice Grand-Mourcel, Président de l'ARESSIF
ARESSIF - logo

Quelle est votre vision du handicap en France ? Est-ce que nous pouvons faire plus et comment ?

La vision du Handicap bouge pas mal ces dernières années (films, reportages, manifestation, inclusion, accessibilité) Mais on part de très loin et … il est difficile de vraiment accéder dans les structures sportives qui fonctionnent sur la compétition et qui ne peuvent/veulent pas créer des structures adaptées : moyens, formations, insuffisants… Et le public est dispersé sur plusieurs villes, en nombre insuffisant avec des difficultés de transport pour une mettre en place une organisation structurée comme pour les « valides ».

LA SAUVEGARDE DES YVELINES

handball-cdhby-aurelie-collet
Aurélie Collet, Chef de service de l’Institut médico éducatif "Le Bel Air"

Partenaire du projet

La Sauvegarde des Yvelines

Pouvez-vous présentez votre association en quelques mots ?

La Sauvegarde des Yvelines est une association qui gère 28 établissements et services. Celle-ci compte 800 salariés et accompagne environ 5000 personnes dans différents champs d’intervention : Protection de l’Enfance, Accompagnement Médico-Social, Lutte pour l’inclusion sociale et Formation. L’IME le Bel Air, situé au Chesnay, accompagne 77 adolescents en situation de handicap mental (déficience intellectuelle et troubles secondaires associés : psychiques, du spectre autistique, comportementaux, difficultés sociales). Ces adolescents âgés de 12 à 20 ans bénéficient d’un accompagnement éducatif, pédagogique et thérapeutique au service de leur projet d’insertion sociale et professionnelle.

Que pensez-vous de la journée handensemble ? Pourquoi y participez-vous ?

La journée Handensemble est un moment fort dans le calendrier de fonctionnement de notre IME. Notre éducateur sportif, Jean-Yves BADIN, surnommé par l’équipe le « coach inclusif », tient une place très importante dans l’organisation de cette journée. De nombreux professionnels de l’IME y participent avec la grande majorité des jeunes accueillis à l’IME.

La journée Handensemble constitue l’aboutissement d’un projet de sport inclusif, particulièrement riche cette année à l’IME. Plusieurs partenariats ont vu le jour avec des établissements scolaires (collège et école primaire) et d’autres établissements médico-sociaux (IME, ESAT, CAVT, CAJ…). L’ensemble de ces partenaires sont conviés le 6 février et piétinent désormais le terrain ensemble, animés par un esprit sportif qui gomme différences et jugement.

Quel bénéfices en retirent les participants ?

Le sport, proposé à chaque jeune accueilli à l’IME, consolide et renforce les compétences sociales travaillées par l’ensemble des professionnels. Il constitue un véritable levier qui favorise l’expression de la personnalité de chaque jeune, sa confiance en lui et en ses capacités, et ses aptitudes à vivre et accepter le collectif.

Nos jeunes participants à la journée Handesemble se font plaisir, découvre l’autre, renforce les liens d’amitiés et développent esprit d’équipe et performances sportives. Quel plaisir de les voir rentrer après cette journée, médaille autour du cou, sourire aux lèvres, gonflés par la joie et le sentiment d’avoir donné le meilleur d’eux-mêmes !

Les établissements scolaires partenaires, eux,  portent un autre regard sur le handicap qui n’est pas forcément perceptible sur le terrain. Une fois les baskets enfilées, les sportifs sont tous égaux, soumis aux mêmes règles ; ils s’acceptent et partagent un objectif commun.

Quelle est votre vision du handicap en France ? Est-ce que nous pouvons faire plus et comment ?

 L’accompagnement des personnes en situation de handicap tient de plus en compte de la personne elle-même, de ses choix, de ses envies, de ses projets de vie. La « prise en charge » a laissé place à « l’accompagnement ».

Aujourd’hui, le défi à relever est de ne plus agir sur le handicap mais davantage sur la situation du quotidien qui peut être handicapante pour favoriser une vie pleinement inclusive, et l’accès à une participation citoyenne pour tous. C’est donc l’affaire de tous, des administrations publiques au club de sport de quartier, de penser « adaptation ».

La première des choses à faire, pour nous, établissements médico-sociaux, c’est de continuer à ouvrir nos services, à développer rencontres et partenariats extérieurs, à partager nos compétences pour mieux sensibiliser le public, lever les craintes, les appréhensions et affirmer que tout est possible !

Chaque initiative inclusive, aussi petite soit-elle, contribue à gommer les différences et à renforcer la place de chaque jeune citoyen en situation de handicap au sein de notre société.

Rappel

Qu’est-ce qu’un IME

Les instituts médico-éducatifs, désignés aussi par le sigle IME, sont des établissements d’accueil français qui accueillent les enfants et adolescents atteints de handicap mental présentant une déficience intellectuelle liée à des troubles neuropsychiatriques : troubles moteurs et sensoriels, troubles de la communication.

Inclusion / Intégration

Le concept d’inclusion vient du monde anglo-saxon, il est lié aux mouvements des droits humains concernant les personnes porteuses de handicaps. Ces mouvements ont vu le jour et se sont développés dans les années 1960-1970. Ils ont trouvé des échos, notamment auprès de l’ONU dans plusieurs déclarations entre 1983 et 1992. Le concept d’inclusion met en lumière la place de « plein droit » de toutes les personnes dans la société, quelles que soient leurs caractéristiques.
L’intégration est, quant à elle, un terme générique majoritairement utilisé dans le domaine du handicap. Cela signifie dans le langage commun l’adaptation d’individus « différents » à un système dit normal. Dans l’inclusion il n’existe pas de groupe de personnes avec ou sans handicap, toutes les personnes présentent des besoins communs et individuels. L’égalité et la différence trouvent leur place, la diversité est la norme (Article original ici).

Le Journal de Versailles consacre une pleine page à cet événement.
vous pouvez le télécharger ici

picto-PDF